Apport de l’ostéopathe suite à une ligamentoplastie du ligament croisé antérieur de genou

L’entorse du ligament croisé antérieur (LCAE) du genou est une entorse grave qui altère la stabilité du genou. L’opération est nécessaire pour continuer la pratique du sport à haut niveau.

La prise en charge par un kiné est indispensable pour assurer un renforcement musculaire avant l’opération, puis en post-opératoire pour tout la rééducation. En parallèle, l’ostéopathe apporte de la mobilité, de la stabilité sur les appuis et ainsi une diminution des douleurs et un bien-être dans les phases post-traumatique et post-chirurgicale.

Une entorse est un traumatisme d’un ligament :

Les ligaments sont des faisceaux de tissus très résistants. Ils permettent la stabilité d’une articulation. Ils se situent entre les os.

En cas de mobilisation excessive de l’articulation, en dehors des amplitudes physiologiques, le ligament se retrouve étiré, parfois distendu. Dans les cas les plus graves le ligament est déchiré.

Le genou est maintenu latéralement, médialement et intérieurement par des ligaments :

Plusieurs groupes ligamentaires assurent la stabilité du genou.

Un peu d’anatomie…

Le genou est formé par la réunion du fémur supérieurement et du couple fibula/tibia inférieurement.

Que ce soit en interne, en externe ou à l’intérieur, le genou présente des ligaments qui permettent de le stabiliser :

  • en externe : le ligament latéral externe (LLE)
  • en interne : le ligament latéral interne (LLI)
  • à l’intérieur : le ligament croisé postéro-interne (LCPI) et le ligament croisé antéro-externe (LCAE)

Les ligaments croisés du genou permettent de stabiliser le genou dans le plan sagittal et lors des mouvements de rotation de genou.
Le ligament croisé antéro-externe limite ainsi les mouvements de translation vers l’avant du tibia sous le fémur.

Les entorses du ligament croisé antérieur du genou sont fréquentes chez les sportifs :

En traumatologie du sport, les entorses du ligament croisé antérieur du genou sont fréquentes dans les sports de pivot contact (principalement le football) et lors de la pratique du ski.
Les hyper-mouvements du genou en rotation ou en flexion/rotation sont à l’origine de l’entorse.

L’entorse du ligament croisé antérieur est souvent associée à une lésion du ménisque ou des ligaments latéraux.

Lors du traumatisme, le sportif sent son genou « lâcher » et entend un craquement. La douleur qui suit est intense et le genou se dérobe (il lâche et s’affaiblie).
Quelques secondes plus tard, il est possible de se relever mais le genou est instable et ne permet pas de prendre appui dessus.

L’accident entraine un saignement intra-articulaire qui est à l’origine d’un gonflement important les minutes ou les heures qui suivent.

Le médecin pose le diagnostic d’entorse du ligament croisé antérieur à la suite d’un examen clinique :

A la suite d’un examen clinique, le médecin pose le diagnostic d’entorse. Une radiographie du genou et un IRM permettent alors de confirmer et de spécifier le diagnostic.

Le traitement est impératif :

Le ligament ne cicatrise pas spontanément. Ainsi, la kinésithérapie et/ou la chirurgie sont indispensables afin de ne pas léser le genou et lui apporter une stabilité.

Dans le cas d’une rupture partielle, la chirurgie n’est pas nécessaire. Une attelle et un traitement fonctionnel par des séances de kiné permettent de récupérer la stabilité du genou. La reprise du sport se fait à 4 mois.

En cas de rupture totale, deux questions se présentent : Quel sport voulez vous pratiquez demain ? Comment imaginez vous votre vie dans 25 ans ?
La chirurgie est classiquement réservée aux personnes jeunes, dynamiques et motivés.

  • Vous serez orienté vers une prise en charge uniquement kiné si vous ne voulez plus pratiquer de sport pivot-contact (rugby, foot, basket, handball, hockey, sports de combat) et si vous vous voyez sédentaire dans 25 ans.
  • Au contraire, si votre souhait est de continuer le sport pivot-contact, que vous avez un métier qui nécessite un port de charges lourdes dans un environnement instable (chantiers, échafaudages…) et que vous vous voyez dynamique dans 25 ans : alors la ligamentoplastie (chirurgie) est largement conseillée.
    La vidéo du Docteur Bruno Lévy explique cette intervention chirurgicale.

Un genou mal pris en charge présentera un jeu au niveau de l’articulation. À terme, vers l’âge de 50 ans, ce jeu pourra être source d’usure des ménisques et de l’articulation (arthrose).

La prise en charge de l’ostéopathe après une ligamentoplastie du ligament croisé antérieur :

En parallèle de la rééducation post-opératoire de la ligamentoplastie du ligament croisé antérieur par le kinésithérapeute, il est important de se faire suivre par l’ostéopathe. En effet, l’ostéopathe travaille sur l’équilibre global des membres inférieurs, du bassin et du corps et permet ainsi de limiter les douleurs.

La prise en charge d’un patient post-ligamentoplastie du ligament croisé antérieur du genou par l’ostéopathe a deux objectifs majeurs.

La première séance se déroule entre le huitième et le 30ème jour post-opératoire. Par des manipulations douces, l’ostéopathe travaille sur le système circulatoire, particulièrement le système lymphatique (élément essentiel du système immunitaire et du processus cicatriciel). L’objectif étant de drainer l’œdème post-opératoire.

Ensuite, à partir du 30ème jour post-opératoire, correspondant à la période de rendez-vous avec le chirurgien, la seconde séance ostéopathique peut avoir lieu. Toujours par le biais de manipulations douces et précises, l’ostéopathe effectue un travail musculo-squelettique au niveau du genou et des zones compensatrices (cheville, bassin, dos…). Le but de l’ostéopathe étant cette fois de potentialiser la mobilité articulaire du genou et des zones compensatrices.

Dès la première consultation, l’ostéopathe apporte un soulagement. Néanmoins, des séances supplémentaires peuvent être nécessaires afin d’obtenir les résultats escomptés.
Chaque prise en charge ostéopathique est adaptée et spécifique au patient. Le nombre de séances dépend des méthodes de chirurgie, de la rééducation kiné et des tensions corporelles retrouvées.

La reprise du sport après une ligamentoplastie :

La rééducation après une ligamentoplastie est longue. La reprise du sport dépend du temps écoulé depuis l’opération et de l’évolution des séances de kinésithérapie.

Une reprise du sport se fait au minimum six mois après l’intervention (temps de maturation minimal du néo-ligament).

A partir du quatrième mois post-opératoire, le chirurgien autorise le jogging et après le sixième mois, le premier tennis. Enfin, le huitième mois signe la reprise tranquille du sport pivot-contact. Finalement, la reprise de la compétition du sport pivot-contact se fera à partir du dixième mois.

Vous avez été opéré d’une ligamentoplastie du ligament croisé et vous souhaitez avoir une prise en charge avec un ostéopathe à Paris ?

N’hésitez pas à contacter votre ostéopathe à Paris au 07.69.03.41.41 pour plus d’informations ou pour une prise de RDV.